Comment obtenir une photo nette ? / by Loïc

FullSizeRender.jpg

Le sujet sera traité en deux articles, cette première partie est axée sur la prise de vue. Le second article traitera de la façon dont on peut améliorer la netteté d'une image en post traitement.

Entrons donc dans le vif du sujet : comment les professionnels font-ils pour être certains que leurs photos soient bien nettes ?

En bref

Adopter une vitesse d'obturation suffisante par rapport à la longueur focale utilisée et au sujet photographié, stabiliser votre appareil, vérifier que la mise aux point soit faite sur le sujet, utiliser de bons objectifs.

En détails

Comme toujours en photographie, il faut soigner la prise de vue pour éviter de s'arracher les cheveux en post-traitement en essayant de rattraper les erreurs faites sur le terrain.

Les principaux motifs de photos floues sont  :

  • Le flou de bougé de l'appareil
  • Le flou de bougé du sujet
  • Une mise au point approximative
  • Une profondeur de champ trop faible
  • Une optique de (très) mauvaise qualité ou mal exploitée
  • Une sensibilité ISO élevée

Éviter le flou de bougé de l'appareil

Le flou de bougé de l'appareil apparait lorsque la vitesse d'obturation est insuffisante pour empêcher les mouvement de l'appareil pendant le déclenchement de la photo. Dans la plupart des cas, si l'appareil photo est tenu à la main et que ni le boitier, ni l'objectif ne sont pourvus de stabilisation, la vitesse d'obturation minimale pour assurer une photo sans flou de bougé estdonnée par le tableau suivant :

[table id=1 /]

Ces valeurs sont empiriques et datent du temps de la photographie argentique. À l'époque, les principaux films utilisés étaient les films 35mm pour lesquels on préconisait une vitesse de 1/focale seconde pour éviter le flou de bougé de l'appareil. Il se trouve que les capteurs dits "pleins formats" ont les mêmes dimensions qu'une pose sur un film 35mm c'est à dire 24mm x 36mm. Ces valeurs de vitesse d'obturation ont par la suite été adaptées aux différentes tailles de capteurs courants en ajoutant un coefficient à la formule. Ce coefficient correspond au ratio de leurs tailles respectives par rapport à la taille d'une pose sur un film 35 mm. En l'occurrence, 1 pour le plein format, 1,5 pour l'aps-c et 2 pour le micro 4/3. Il est important de retenir que la vitesse d'obturation minimale pour éviter le flou de bougé dépend de la focale utilisée.

Plus la focale utilisée est grande plus la vitesse d'obturation doit être élevée pour éviter le flou de bougé de l'appareil.

Dans le cas oú le boitier ou l'objectif serait équipé d'un système de stabilisation, il est possible d'adopter des vitesses plus lentes sans risquer d'avoir un flou de bougé de l'appareil. Certains constructeurs prétendent que leurs systèmes de stabilisation ont une efficacité de cinq stops. Cela signifie qu'il est possible d'adopter une vitesse 2^5 fois plus lente que celles préconisées dans le tableau ci-dessus et obtenir tout de même une photo nette, vive le progrès ! Dans la pratique, l'efficacité des dispositifs de stabilisation est souvent moindre que celle annoncée par les constructeurs.

Exemple : pour une une focale de 100 mm sur un capteur plein format, avec une stabilisation efficace de cinq stops, il est théoriquement possible de prendre une photo à 2^5 x 1/100 = 1/3 seconde !

Un problème se pose alors : comment faire pour adopter une vitesse plus lente que celles préconisées sans pour autant avoir une photo floue ? 

La réponse est simple : faire en sorte que l'appareil soit parfaitement immobile pendant le temps de l'exposition du capteur. Pour cela, la meilleure solution est de poser l'appareil sur un support rigide tel qu'un trépied. Un mur, une table ou même un sac de sable peuvent très bien faire l'affaire.

Trépied au bord du lac
Trépied au bord du lac

Mais cela ne suffit pas ! Dans certains cas, le simple fait d'appuyer sur le déclencheur sur l'appareil lui même peut entrainer un flou de bougé. Il faut alors utiliser une télécommande ou un déclencheur souple. À défaut d'avoir un dispositif de déclenchement à distance, on peut utiliser le retardateur qui lui équipe 100% des appareils photos du marché.

Sur les appareils photos de type réflexe, le basculement du miroir lors du déclenchement peut lui aussi provoquer des vibrations susceptibles de nuire à la netteté des photos. Heureusement, il est possible de relever le miroir avant la prise de vue pour contourner ce problème. Je vous invite à consulter la notice de vos boitiers pour connaitre la marche à suivre.

Si vous n'avez pas de moyen de maintenir l'appareil, tenez le fermement à deux mains, gardez vos coudes resserrés contre votre poitrine, et à la manière d'un sniper, déclenchez votre photo lors d'une expiration d'un mouvement souple de l'index.

Éviter le flou de bougé du sujet

Une autre cause de photo floue, est le bougé du sujet. Ce flou de bougé apparaît sur les photos de scènes en mouvement lorsque la vitesse d'obturation est insuffisante pour figer l'action. Le sujet en mouvement crée alors des trainées qui suivent sa trajectoire sur l'image. Vous l'aurez deviné, pour éviter ce phénomène, il faut adopter une vitesse d'obturation suffisamment rapide pour figer le mouvement du sujet et cela indépendamment de la focale utilisée. Il n'y a pas d'autre levier pour parer à ce problème ! Il convient donc d'adapter la vitesse d'obturation à la vitesse à laquelle se déplace le sujet.

img_6416.jpg

Sachez qu'il n'existe pas de règles à respecter en la matière, le flou du sujet peut être un élément créatif de votre photo. Libre à vous de juger de la vitesse qui convient en fonction de votre sujet. Pour la photo ci-dessus j'ai volontairement choisi une vitesse insuffisante pour rendre cette photo intégralement nette. Le but était au contraire de mettre en évidence le mouvement du skater. Cette technique appelée filé sera détaillée dans un futur article.

Il convient d'adapter la vitesse d'obturation à la vitesse à laquelle se déplace le sujet : plus le sujet est rapide, plus la vitesse d'obturation doit être élevée pour figer l'action.

Si le contrôle de la vitesse est primordial pour avoir une image nette de votre scène, je vous conseille de régler votre appareil sur le mode S qui donne la priorité à la vitesse. Dans se mode, l'utilisateur choisi une vitesse d'obturation et l'appareil se charge d'ajuster les autres paramètres pour obtenir une exposition qu'il juge correcte.

Attention à la mise au point et à la profondeur de champ

Partons du principe qu'une photo est considérée comme étant nette si son sujet est net. La première chose a faire est de veiller à ce que la mise au point soit faite sur le sujet.

Sachez qu'il existe trois grands modes de fonctionnement pour l'autofocus de votre appareil :

  • Le mode statique : préconisé pour les sujets immobiles
  • Le mode continue : préconisé pour les sujets en mouvement
  • Le mode tout automatique : l'appareil choisi de lui même l'un des deux modes précédent en fonction de son analyse de la scène

La plupart du temps les systèmes autofocus se débrouillent parfaitement mais il arrive qu'ils ne parviennent pas à "accrocher" le sujet. Cela se produit par exemple en condition de faible luminosité ou lorsque le sujet se déplace trop rapidement. Dans ce cas il est possible de passer dans un mode que je qualifierais de semi manuel. Dans ce mode, vous choisissez le collimateur sur lequel vous souhaitez faire la mise au point et l'appareil se charge du travail.

Si cela ne suffit pas à obtenir un sujet net, vous pouvez tenter de débrailler les automatismes et de faire la mise au point manuellement via une bague sur l'objectif. Les appareils récents intègrent des systèmes perfectionnés d'assistance à la mise au point manuelle tels que le focus peaking ou le zoom à 100%. Ces aides logiciels ne sont accessibles qu'en mode live view c'est à dire lorsque l'on vise via un viseur électronique ou via l'écran au dos de l'appareil. Certains réflexe propose également une confirmation de la mise au point en mettant en surveillance le collimateur concerné dans le viseur optique.

Portrait d'Alexis en studio
Portrait d'Alexis en studio

Une autre technique est de faire une mise au point par avance en estimant la distance à laquelle se trouvera votre sujet ou de régler la mise au point de l'objectif sur la distance hyperfocale. Pour cela il est préférable de choisir une faible ouverture (f/5,6 et plus) afin d'avoir une profondeur de champ convenable.

Rappels : La profondeur de champ est la profondeur de la zone ou les éléments de la photo seront nets. La distance hyperfocale est la distance de mise au point à laquelle l'objectif offrira la plus grande profondeur de champ possible à une ouverture donnée. Je reviendrai sur ces notions dans de futurs articles, abonnez-vous au blog pour rester informé.

Utiliser des objectifs de qualité

La qualité de l'objectif joue également sur la netteté ou comme on l'appelle communément dans le milieu de la photographie : le piqué. Une optique de qualité est entre autre une optique :

  • Propre, sans rayures, sans taches : nettoyez vos objectifs avant de shooter et prenez en soin !
  • Dont la qualité des lentilles permet d'avoir une bonne résolution optique
SMC Super Takumar 50 mm f/1.4
SMC Super Takumar 50 mm f/1.4

La grande majorité des objectifs aujourd'hui disponibles sur le marché sont de bonne qualité et offrent un piqué correct. Si pour autant vous souhaitez obtenir la meilleure netteté possible, il faut se tourner vers les objectifs à focale fixe. Leur formule optique plus simple et le soin apporté à leur fabrication garantissent une qualité optique difficilement atteignable avec un zoom.

Il est bon de savoir que les filtres photo que l'on place devant l'objectif dégradent la qualité de vos photos. Si vous devez utiliser des filtres polarisants ou neutres, donnez-vous les moyens et achetez des produits sérieux. Évitez à tout prix  d'utiliser des filtres à densité variable sous peine de perdre énormément en qualité d'image.

 Surveiller vos ISOs

La sensibilité ISO du capteur est l'un des paramètres clés du triangle d'exposition. Tous les capteurs ont été conçus pour fonctionner à un certain niveau de sensibilité à la lumière. Il s'agit de la sensibilité ISO native du capteur, généralement comprise entre 50 ISO et 200 ISO. C'est à cette sensibilité que le capteur offre la meilleur dynamique, les plus belles couleurs mais aussi le meilleur piqué. Augmenter la sensibilité du capteur revient à augmenter son gain, à amplifier le signal.  Cela a pour conséquence d'introduire ce que l'on appelle du bruit numérique qui dégrade l'image de façon significative. Cela est particulièrement vrai pour les appareils sortis il y a quelques années de cela. La plupart des appareils récents offrent une qualité d'image remarquable même à fort ISO. Apprenez à connaitre le comportement et les limites de votre appareil, il est primordiale de connaitre son matériel pour l'utiliser au mieux de ses capacités.

Ciel Austral au dessus de Marla
Ciel Austral au dessus de Marla

Vous avez maintenant toutes les clés en main pour réussir des photos bien nettes. Faites moi part de vos remarques ou questions dans les commentaires. Je posterai bientôt la seconde partie de cet article qui sera consacrée à l'amélioration de la netteté en post traitement. Abonnez-vous au blog pour rester informé.

En attendant, sortez faire des photos !